El Minuto

Noticiero

Les États-Unis cherchent un rapprochement stratégique avec l’Algérie

La Minute | En pleine évolution du conflit entre la Russie et l’Ukraine, alors que l’Union européenne se trouve à la croisée des chemins pour suivre le scénario américain ou décider ce qui convient le mieux à chaque État pour continuer à avoir accès à la chaleur, Les États-Unis envoient une importante délégation gouvernementale en Algérie pour mieux dynamiser les relations commerciales avec ce pays nord-africain.

Par : Gary Ayala, Directeur de La Minute, Pérou

Les États-Unis maintiennent leur volonté politique de se rapprocher stratégiquement de l’un des pays leaders du développement en Afrique, en l’occurrence l’Algérie pour laquelle ils avaient envoyé le secrétaire d’État, Anthony Blinken, le 30 mars 2022, lors d’une visite ayant pour objectif de renforcer les relations diplomatiques et les intérêts réciproques.

C’est ainsi qu’une importante délégation est arrivée à Alger, capitale de l’Algérie, pour initier les activités prévues au cours desquelles il a été souligné la présence de l’ambassadrice des États-Unis en Algérie, Elizabeth Moore Aubin, qui a mis en relief le rapprochement entre les deux pays, de sorte que les deux parties ont convenu de mobiliser les fonctionnaires des différents ministères liés au commerce, à la production et à l’industrie. A cet égard, l’Ambassadrice a assuré que cette réunion a pour objectif d’accroître la portée des relations bilatérales, de renforcer la coopération économique et d’augmenter le volume des échanges commerciaux existants.

Le cadre de la rencontre est lié à la tenue de la “7ème session du Conseil intergouvernemental algéro-américain pour le commerce et l’investissement” (TIFA), qui vise, entre autres, à améliorer l’accès aux marchés des deux parties, notamment en améliorant la communication entre tous les agents économiques, ouvrant ainsi une nouvelle étape dans les relations entre les deux pays et en créant des synergies entre la nation occupant une position géopolitique en Amérique du Nord et l’autre pays situé en Afrique du Nord qui jouit d’une présence prépondérante en mer Méditerranée et sur le territoire de l’Union européenne, sur l’autre rive.

Par ailleurs, il y aura la possibilité de coordonner la coopération sur des questions très importantes, telles que le transfert de technologie et les programmes de recherche scientifique pour lesquels les États-Unis ont beaucoup progressé.

Les représentants de l’Algérie et des États-Unis ont organisé, les 14 et 15 juin, un forum important qui marquera une étape importante dans les relations bilatérales des deux pays. Il y aura un suivi dans les mois à venir, sur la base d’une feuille de route qui prendra en compte principalement les objectifs de croissance économique mutuelle et les flux d’investissement. Le ministre algérien du Commerce, Kamel Rezik, a souligné l’importance du forum visant le développement national et à assurer le succès des opérations à long terme.

Le montant des transactions commerciales entre l’Algérie et les États-Unis a dépassé les 3 milliards de dollars en 2021, dépassant le montant atteint en 2020, qui est de l’ordre de 1,82 milliard de dollars.

Le forum organisé par les deux pays, témoigne de la bonne performance de l’Algérie sur la scène internationale, d’autant plus que le gouvernement du président Abdelmadjid Tebboune a pris la décision de suspendre sur le champ, le 8 juin, le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne, signé il y a 20 ans.

L’Algérie considère comme une trahison l’attitude politique du président Pedro Sánchez, qui appuie officiellement la thèse marocaine portant sur le rejet du droit à l’autodétermination souveraine du peuple sahraoui, dont le territoire a été envahi par le Maroc en 1975. La question est toujours à l’ordre du jour de l’ONU, où l’on espère l’organisation d’un référendum pour permettre aux Sahraouis de décider de leur avenir de manière démocratique.

La conjoncture pour ce pays africain ne pouvait pas être meilleure, car la présence de la délégation nord-américaine a eu lieu, alors que l’Algérie organisait la 53ème Foire internationale d’Alger, avec la participation de plus de 20 pays, outre plus de 700 entreprises locales.

Sans nul doute, l’image de l’Algérie s’est davantage redynamisée grâce au rapprochement avec le gouvernement des États-Unis, par le biais d’une importante délégation multisectorielle et d’un environnement international propice à la participation à des projets de développement économique, dans ce pays.

ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish